L' association
Autres contacts

logo_page-facebook.jpg 
Le BLOG

Actualités
Nos dossiers
Reportages photos
Actualités environnement
Lexique

logo-chevenvi2_ico.jpgLa Lettre de Chevigny Environnement - Juillet 2012

logo-chevenvi2.jpg


LA LETTRE DE CHEVIGNY-ENVIRONNEMENT

BULLETIN D'INFORMATION RESERVE AUX ADHERENTS

Association agréée pour la défense de l'environnement


5, rue Jacques Brel 21800 Chevigny-Saint-Sauveur  -  www.chevigny-environnement.info

Juillet 2012

PDU 2012-2020 du Grand Dijon
Contribution des AEED

Les Associations environnementales de l’Est Dijon-nais (AEED (1) mènent depuis septembre 2011 une réflexion sur les transports, la circulation et le stationnement dans l’Est Dijonnais.
La commission qu’elles ont constituée a élaboré le document qui suit à l’occasion de l’enquête publique sur le Plan de Déplacement Urbain de l’agglomération dijonnaise qui s'est déroulée du 11 avril au 11 mai 2012.


PDU-GD_enquete_2012.jpgLe PDU 2012-2020 élaboré par le Grand Dijon appelle beaucoup de remarques et de réflexions de la part des AEED, les unes de caractère général, les autres plus spécifiques à une commune ou un ensemble de communes :

- Réseau de rabattement vers le tram et les Lianes
Les lignes de bus prévues pour septembre pour favoriser la liaison avec le Tram sur l’Est Dijonnais font l’objet de beaucoup de critiques (Quetigny, Sennecey). Visiblement l’offre paraît soit insuffisante ou complètement inadaptée, avec le risque réel de voir les habitants de certaines zones délaisser le Tram et le Bus.

- Parking relais
Ils sont insuffisants à l’heure actuelle. Si l’on veut éviter des stationnements de raccordement dans les quartiers et rues avoisinant  les stations de tram ou de bus, il faut créer d’autres parkings relais ou, comme le suggère l’action 31du PDU, organiser « la complémentarité entre les demandes (résidents, employés, clients » pour une utilisation optimale de l’espace disponible.
A Quetigny, par exemple, il devrait être possible d’utiliser partiellement les parkings de la zone commerciale (Carrefour, Conforama, …) pour ces stationnements de raccordement, soit en dédiant une partie de ces espaces à de vrais parkings relais, soit en fléchant les lieux autorisés à être partagés pour le stationnement.

- Les arrêts TER
L’agglomération dijonnaise dispose d’une véritable étoile ferroviaire, puisque 5 lignes convergent vers la gare SNCF de Dijon ville.
L’action 22 prévoit d’optimiser l’accès à l’agglomération en TER. Sur l’Est Dijonnais une halte existe  à Neuilly.  Le SCOT préconise d’en créer d’autres notamment à Longvic et Bretenière, préconisation que soutiennent fortement les AEED .
Ces haltes doivent bien entendu disposer de parkings relais conséquents, aménagés ou à créer, et sécurisé.

- Le développement des trajets vélo
L’action 3 du PDU prévoit de faire croître la part de déplacements à vélo de 3,3 % à 10 %. C’est un objectif appréciable. Pour le réussir, il faut que certaines conditions majeures soient réunies. La révision du Schéma directeur ne doit pas être que sur le papier. Il faut une large consultation des associations ou organismes dont l’objectif direct est le vélo, et de toutes les associations environnementales qui soulèvent régulièrement la question des pistes cyclables.

piste_cyclable_trace1.jpgLe SD doit être un  schéma de circulation des vélos cohérent et continu entre les villes de l'agglomération pouvant être utilisé quotidiennement et pas seulement pour les loisirs.
Le schéma directeur actuel est resté un schéma en pointillé. De 2004 à 2008, la part du vélo est passée de 2,2% à 3,3%. Le nouveau schéma devrait être plus contraignant pour les municipalités, si l’on veut à l’horizon 2020 un vrai réseau de circulation permettant aux cyclistes de prendre  une part significative dans les déplacements.

Il faut investir beaucoup plus sérieusement dans toutes les annexes qui permettent un réel décollage : sécurisation des itinéraires, développement d’abris-vélos couverts et sécurisés après du maximum d’arrêts de tram et de bus, cartes de parcours, informations pédagogiques.
La création de stations vélodi dans les grandes zones commerciales permettrait de désengorger la circulation auto dans ces zones.

- Les zones commerciales
L’accès piétons dans les zones commerciales n’est pas pris en considération. Il est préférable d’avoir un cheminement piéton protégé entre les arrêts Tram ou bus de ces zones. De même à l’intérieur de ces espaces, tout est pensé en fonction des voitures. Il faut y  multiplier les passages protégés.
Les voies d’accès aux zones commerciales ne sont pas suffisantes pour la circulation automobile attendue et sont sources de ralentissement, d’embouteillage et de pollution. C’est le cas par exemple pour le Bd de l’Europe à  Quetigny où les embouteillages sont nombreux au croisement du Bd de l’Europe et de l’avenue de l’Université, véritable point noir et qui reste sans solution de puis de nombreuses années.

- Densification de l’habitat le long des grands axes de transports.
L’action N° 30 propose de « transposer les principes de densification urbaine le long des axes de transport en commun dans les PLU ». Si densification il y a, celle-ci doit respecter la "Trame verte et bleue" et prendre en compte la connectivité des milieux. Comment rendre compatible ces 2 objectifs? Ne pas sacrifier l'environnement, les espaces verts, les terres agricoles sous prétexte de grouper l'habitat.
On pense l’habitat du futur (densification) en fonction de l’emploi, des transports collectifs, des loisirs, des services, en fonction aussi des économies d’énergies à réaliser. Ces critères sont bien sûr pertinents mais sont-ils suffisants ?

Est-on vraiment satisfait des grands monstres d’urbanisme tels que les agglomérations parisienne, lyonnaise et marseillaise, par exemple ?
Ces logiques d’urbanismes vont accélérer la désertification rurale que nous tentons de conjurer par ailleurs et accroître le grossissement des agglomérations, alors que bon nombre d’habitants aspirent à vivre dans des cités, moins grandes, plus calmes, moins polluées. Les investissements lourds d’agglomération (piscine, stade, tram, auditorium, etc.) absorbent l’essentiel des capacités d’investissement qui pourraient être utilisées à développer des gros bourgs ou petites villes des zones rurales.

Une autre conception de l’urbanisme est celle qui se propose d’inverser les flux de concentration de l’habitat avec son cortège de pollution et d’asphyxie pour le disperser dans des espaces plus maîtrisables, pour mailler autrement le territoire. Cette conception, tout aussi défendable que celle qui sous-tend l’urbanisme et l’aménagement du territoire actuels, induit évidemment d’autres choix.

Quoi qu’il  en soit, cette densification, si elle se réalise, ne doit pas se faire  au détriment des trames vertes ou bleues, des espaces verts, des jardins.

La densification de l’habitat sous les espaces aériens ?
Avion_Onurair1-_140:105.jpgChacun sait que l’avenir de la BA 102 est toujours en suspens. Base de défense ? Avec retour des « Mirages » et demain arrivée du « Rafale » ? Arrivée de gros et moyens porteurs « Low coast » sur le tarmac de Longvic, tels que les lourds investissements récents sur les pistes le laissent prévoir ? Ces perspectives sont contradictoires avec la densification de l’habitat qui se poursuit dans les communes de l’Est Dijonnais sujettes au bruit et à la pollution de l’air et de l’eau du fait de l’activité aérienne.                                                                                                        

La densification de l’habitat le long des grands axes de transport publics est une des grandes orientations du PDU pour la décennie. La réciproque est tout aussi importante : amener les grands axes de transports à proximité des grandes zones d’habitation.

Le projet de tracé du prolongement du Tram vers la future zone d’activité économique (St Apollinaire-Quetigny) est-il le meilleur ? Ce prolongement concernera une population bien moins importante (tout au plus 2 à 3 000 personnes) que celle de la commune de Chevigny, qui dépasse aujourd’hui 10 000 personnes pour atteindre bientôt 12 à 13 000 habitants et paraît plus indiquée pour recevoir le prolongement de la ligne tram de l’Est.

- Zones à trafic apaisé

Andre_Gervais.jpg
André Gervais, adjoint au maire de Dijon, chargé de la circulation et des déplacements, délégué du Grand Dijon et référent pour le tram (Phoho : La Gazette de Côte d'Or)

Le PDU semble oublier que la mise en oeuvre de  telles zones nécessite une concertation étroite avec les riverains et les proches usagers, en amont de leur réalisation.
Plusieurs interrogations viennent à l’esprit à propos de ces zones  appelées » zones « 30 » :
Où et comment seront-elles aménagées. Selon quels critères ?
Il y a nécessité de leur harmonisation pour ne pas dérouter les conducteurs de véhicules à moteur.
Il faut également matérialiser plus clairement les entrées de ville. L’automobiliste doit prendre immédiatement conscience qu’il entre en ville et ne circule plus sur une rocade ou une nationale.

- Parking relais et navettes
Il faut conserver le système actuel de navettes entre les parkings relais et l’Hôpital qui constitue une des destinations les plus importantes de l’agglomération et au-delà, mais qui restera insuffisamment desservi par le Tram.
Ce dispositif est cohérent avec l’action 17, celle de l’amélioration de la mobilité des seniors. Ceux-ci, en effet, ont une demande de soin plus importante.

- Politique tarifaire des transports publics.
L’harmonisation de l’offre tarifaire est un facteur favorable à l’utilisation des transports en commun. Mais plus efficace encore serait une tarification basse qui :

  • permettrait une plus grande mobilité des personnes aux plus bas revenus
  • inciterait davantage tout un chacun à laisser sa voiture. L’augmentation du 20% du ticket Divia sera un frein à l’utilisation du transport en commun. Le tram n’est pas seulement un moyen de réduire les trajets auto de l’agglomération mais un transport en commun d’utilisation plus facile et de meilleure qualité. Alors que certaines municipalités d’autres régions s’orientent vers le transport urbain gratuit, une tarification trop élevée risque de limiter considérablement l’impact des transports publics urbains.
  • serait une meilleure alternative que les plans de mobilité d’entreprise ou inter-entreprise prévu par l’action 14, plans qui risquent de se révéler d’une efficacité très limitée.  

- Mesure de la pollution
Les relevés du réseau « Atmos’fair doivent être plus adaptés et plus précis. Il faudrait, entre autres, des relevés sur les grands axes aux heures de pointe.

___________________
(1) Les AEED constituent une coordination des associations environnementales de l’Est Dijonnais au sein du Clapen 21. 

Cette coordination est composée de :
- ADCNA Sennecey, C/O Bernard PEGON, rue des Hirondelles 21800 SENNECEY
- ADEBRES Associatyion de défense de Bressey-sur-Tille
- ASPEV Crimolois fauverney, 4 bis rue du Pont, 21800 CRIMOLOIS
- Chevigny-Environnement, 5, rue Jacques Brel 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR
- Longvic Environnement
- Quetigny-Environnement : Maison des associations, 2A Bd Olivier de Serres 21800 QUETIGNY
- Saint Apo Environnement, Maison des Associations, 21850 SAINT APOLLINAIRE
- L’association « les sacrifiés du Tram » (Crimolois, Sennecey, Neuilly) a également participé à l’élaboration de ce document.

 

 

 


 

 

 

Le PDU Grand Dijon
PROPOSITIONS de CHEVIGNY ENVIRONNEMENT POUR CHEVIGNY

Constats, réflexions et propositions pour Chevigny
à propos de l'enquête publique de révision du PDU du Grand Dijon – 10 mai 2012


Fort des 120 500 emplois qu’il génère, soit près de 55% des emplois du département de  Côte d’Or le Grand Dijon est le 1er pôle d’affluence de son aire urbaine. Ce rayonnement économique induit un accroissement de la population  et particulièrement en périphérie de Dijon avec pour corollaire une augmentation des  migrations quotidiennes.
Chevigny Saint Sauveur est une banlieue résidentielle attractive. La population s’est accrue fortement ces 25 dernières années pour atteindre 10 258 habitants en 2012. Ces résidents souscrivent à cette migration quotidienne. A Chevigny sur les 4585 actifs de plus de 15 ans recensés en 2008, 3121 travaillent dans une autre commune de l’unité urbaine. Parmi eux, 2580 prennent la voiture et 461 les transports en commun. La voiture demeure le 1er moyen de déplacement avec les désagréments qu’il engendre : engorgements aux sorties de la ville aux heures de pointe, pollution de l’air et pollution sonore… et il est clair que l'objectif principal de ce PDU est la réduction de la circulation automobile dans l'agglomération.

Les futurs résidents des lotissements en cours de réalisation pourraient regretter d’avoir choisi Chevigny Saint Sauveur !

L’augmentation du coût des carburants, les contraintes au stationnement tant public que privé qui se multiplient (en ville, diminution des places de parking gratuites et /ou de longue durée ; diminution des emplacements dans les programmes de constructions…) obligent-incitent les citoyens à repenser leur mode de déplacement. Encore faut-il que les solutions à leur disposition soient pertinentes (tracé, correspondances) et  rapides.
Pour les chevignois, la mise en service du tram pourrait bien se traduire par un allongement du temps de trajet du fait du rabattement par la future Lianes 7 vers la correspondance Grand Marché (ex Bourgogne). Dans Chevigny, ce rabattement est envisagé avec la création de 2 terminus : Chevigny et Chevigny-Champs Francs. Ce dernier terminus a été envisagé au mépris des chevignois, qui eux prennent le bus.
Il est aussi possible de rejoindre la station Piscine Olympique en voiture avec stationnement sur le parking relais Mirande
Le tram à Chevigny se justifie. Et pourtant, la 5ème ville de Côte d'Or, en actuelle expansion se voit privée de tram. Jamais les habitants de la commune n'ont été associés à une quelconque décision de desserte. La voie bus en site propre dans le prolongement de l’Avenue de Bourgogne ainsi que la réserve foncière disponible route de Dijon accréditaient ce tracé. 

Le vélo, une réelle alternative à l’automobile ?

Accroître de 7% la part modale du vélo dans les déplacements à l’horizon 2020 est ambitieux. Les aménagements cyclables dont le réseau n’offrent pas encore une réelle alternative
•    jalonnement inexistant sur certaines connexions interurbaines : Chevigny- Quétigny,
•    stationnements sécurisés trop rares,
•    aménagements de sécurité en défaut sur bien des tronçons.

Oui au vélo mais pas au péril de notre vie.

Si le vélo ne peut représenter l’unique mode de déplacement sur un tracé donné, son utilisation couplée au tram pourrait intéresser les usagers. Un stationnement vélo sécurisé à Quétigny au terminus station Quétigny Centre et/ou station Piscine Olympique (connexion piste cyclable-parking relais) satisferai(en)t à cette option.

1) Sécurisation des déplacements vélos et piétons
La réalisation de pistes cyclables en site propre est l'occasion de créer des itinéraires de circulation piétons.
AXE 1 – Actions 3 et 4 : Renforcer la politique en faveur des vélos ; Elaborer et mettre en œuvre le plan directeur des continuités piétonnes.
La réalisation d’une piste cyclable-piétons entre Quetigny et Chevigny le long de l'Avenue de la Visitation est indispensable compte tenu de l'importante circulation (voiture, bus, vélos, piéton) entre ces deux communes. Le carrefour dit "rond point percé" est infranchissable pour les piétons et dangereux pour les vélos. Ce tronçon de 250m qui relierait la piste cyclable le long de la RD107 au réseau cyclable de Quétigny a été prévu dans le projet d'aménagements cyclables du Grand Dijon de 2004.
La circulation sur les boulevards Allende et Pallach (RD 107 pro parte) est intense, de nombreux camions rejoignent les ZI-Est et Excellence 2000. Piétons et cyclistes ont besoin d'êtres sécurisés par une piste en site propre. La réalisation de ce tronçon a été prévue dans le projet d'aménagements cyclables du Grand Dijon de 2004 mais ne s'est pas concrétisée.

rond-point_perceWeb.jpg2) Accès Chevigny-Quétigny par l'Avenue de la Visitation (ex D108)
AXE 2 – Action 11 : Améliorer la qualité du réseau de transport urbain.
Cette action propose la mise en place de sections de voirie en site propre pour les bus ; la vitesse est maintenue et le confort des passagers est accru. À Chevigny-Saint-Sauveur, le "rond-point percé" situé avenue de la Visitation entre l'église de la Visitation et le stade de Quetigny a été conçu dans cet esprit. Cet aménagement a été réalisé en 2009. Il s'agit d'un carrefour à chicanes permettant aux bus de franchir directement le carrefour. Il a été le siège de plusieurs accidents impliquant des 2 roues. Les accrochages avec les voitures n’ont fort heureusement générés que des dégâts matériels (au demeurant fort désagréables pour les automobilistes concernés). Il convient de modifier au plus tôt ce carrefour accidentogène. L'association Chevigny Environnement a suggéré d'autoriser tous les véhicules sur l'axe Chevigny-Quétigny à franchir directement le rond point et de placer des STOPS aux entrées latérales sur l'avenue.

Avenue de la Visitation – Chevigny saint Sauveur : "Rond point percé"
Actuellement les bus franchissent directement le carrefour. Les autres véhicules doivent accéder au rond point par la périphérie.
Aucun aménagement piétonnier ni cyclable pour franchir le carrefour !

3) Itinéraire de contournement de Chevigny par l'ouest
Contournement_ouest_chevigny.jpg

Voie de contournement ouest de Chevigny
Point A : Rond point (création prévue en 2012-13 pour desserte de la ZAC 6Na -  maître d'ouvrage Chevigny Saint Sauveur)
Point B : Boulevard de Strasbourg, ZI-Excellence 2000

 

AXE 1 – Actions 7 et 9 : Définir des itinéraires poids lourds – Hiérarchiser le réseau viaire.
Les récentes constructions de quartiers sur l'ouest de Chevigny (construction de 1500 logements en 4 tranches entre 2005 et 2015) augmentent le parc automobile résidentiel dans cette zone. Sa desserte en direction de Dijon via Mirande, Sennecey et l'A39 ainsi que le trafic vers Neuilly, Crimolois, Sennecey s'effectue par la RN 107. Cette dernière est la voie d'évitement normal du centre ville de Chevigny ; elle est empruntée par les automobilistes et poids lourds qui se rendent dans les 2 Zone industrielles ainsi qu'en direction d'Arc/Tille.

La circulation sur cette voie est très importante et génère régulièrement des bouchons en sortie des lotissements ainsi que le soir dans le sens Dijon-Chevigny.

Un projet de voie de contournement de Chevigny parallèle aux Bds Allende et Pallach, entre la Route de Dijon et la ZI Excellence 2000 a été envisagé par la municipalité. Ce projet tarde à se réaliser en raison de son tracé qui empiète inévitablement sur le territoire de la commune de Sennecey.

Une concertation entre les municipalités concernées, le Conseil régional et le Grand-Dijon pourrait débloquer une situation actuellement conflictuelle entre les 2 communes.

4) Déplacement du péage de l'A39
AXE 1 – Action 9 : Hiérarchiser le réseau viaire et AXE 9 – Action 19 : Développer l'offre de stationnement automobile de rabattement sur le réseau TER et Divia

Lorsque l’on parle déplacements sur l’est dijonnais, de longues files de voitures qui se forment chaque jour matin et soir laissent à penser que beaucoup ne sont pas adeptes des transports en commun. D’un côté, heureusement ; car les quelques bus Divia sont bondés sur cette partie du réseau aux heures de pointe. D’un autre côté, il est désolant  de voir tant de véhicules au touche à touche avec toutes les pollutions qu’ils génèrent.

Si l’on regarde d’un peu plus près la situation, l’on s’aperçoit que ce flot de véhicules ne se forme pas  dans les communes riveraines de Dijon, mais vient de bien plus loin.

La D905 est archi saturée chaque matin et soir. L’aménagement et la mise en service de la plateforme logistique de Fauverney ne sont pas pour améliorer la situation. Le matin, accéder aux deux ronds-points situés en amont du péage de Crimolois n’est pas une partie de plaisir. Quant au retour de Dijon le soir à ces mêmes ronds-points, il se forme souvent un encombrement qui déborde sur l’A39, et les conducteurs peu rassurés, warnings allumés et à l’arrêt, voient les camions qui roulent à 90, voire 100 km/h,  les raser.
Doit-on attendre un accident meurtrier pour prendre des mesures ?
Depuis de longues années, la députée locale, Mme Darciaux, milite pour une gratuité de l’A39 jusqu’à Auxonne. Cela aurait le mérite de soulager la D905.

La création d’un parc de stationnement sur la D905 entre Sennecey et l’entrée de Dijon (à la hauteur de la ferme de Morveau) et la mise en place d’une navette pour retrouver le tramway à la station Université éviteraient l’entrée dans Dijon d’un flot important de voitures et pourraient faciliter la vie aux « oubliés du tram ».
La création d’un échangeur complet à Crimolois améliorerait également la situation. On nous a bien amené les camions, mais pas les infrastructures qui vont avec ! Après la Lino au nord-ouest, un péage déplacé et un échangeur complet au sud-est seraient les bienvenus.

5) Desserte ferroviaire Neuilly-Dijon :
AXE 3 – Actions 19, 20 et 22 : Développer l'offre de stationnement automobile de rabattement sur le réseau TER et Divia – Développer l'offre de stationnement vélos sur les réseaux TER et Divia - Optimiser l'accès de l'agglomération en TER
Un autre axe de recherche mérite d’être approfondi. Il s’agit de la desserte SNCF de Neuilly pour les trains en provenance d’Auxonne.
Pour mémoire, rejoindre la gare de Dijon-Ville en partant de la halte de Neuilly-les-Dijon, ne demande que 20 minutes (10 minutes de marche en moyenne et 10 minutes de train).
Le même exercice en partant du lotissement « Les Résidences de Chevigny St Sauveur » et en empruntant bus et tram demandera…. 46 minutes.

De nombreuses communes sont impactées par cette voie SNCF. Nous avons cité Dijon, Neuilly Les Dijon et Chevigny. Mais nous pouvons y ajouter Fauverney, Genlis, Sennecey Les Dijon, voire Rouvres en Plaine.
La halte de Neuilly, qu'il est indispensable de conserver, est un point central intéressant. Pour cela, il faudra aménager une voie piétonne et 2 roues (mobs, scooters, motos, voire quads, car pour leurs utilisateurs il est moins dangereux de rouler sur 3 km que sur 15 pour rejoindre la gare de Dijon-ville) qui relie Sennecey-les-Dijon (en partant des logements de la gendarmerie), les lotissements ouest de Chevigny et Fauverney.

Les chemins agricoles actuels pourraient servir de support à cette future voie. Comme nos communes ne comptent pas que des adeptes des deux-roues, il sera nécessaire d’aménager un parc de stationnement voitures. La suppression des passages à niveaux (Neuilly et Crimolois) offrent une opportunité pour créer ce parc puisque la zone côté nord de la voie subira de fortes transformations pour permettre aux résidents de pouvoir accéder à la D905.

  • Compte tenu du nombre d’habitants supplémentaires lorsque les nouveaux quartiers (ouest de Chevigny, Sennecey et Crimolois) seront terminés, le nombre d’usagers potentiels augmentera sensiblement.
  • Ne pas oublier que cette navette ferroviaire marche dans les 2 sens et véhiculera des habitants de Dijon travaillant sur Chevigny, Sennecey ou Crimolois.
  • On peut parler du coût de cette liaison pour les usagers (environ 2,5€ en coût unitaire et bien moins cher pour les utilisateurs d’abonnements (carte travail, étudiants, retraités, familles nombreuses, abonné régulier, etc …).
  • On doit également réfléchir sur l’aménagement de cette navette (accès handicapés, transport vélos, poussettes, etc …).

- Cette navette est gérée par la région Franche-Comté, et pour qu’elle soit efficace, il est nécessaire d’aménager quelque peu les horaires. Il faut connaître le nombre d’utilisateurs journaliers sur Auxonne et Genlis et faire de la pub ciblée sur le bassin d’utilisateurs en expliquant les avantages de ce moyen de transport.
La validation du PDU par les usagers des transports est une démarche essentielle et indispensable pour mettre en évidence les problèmes spécifiques soulevés par les utilisateurs. C'est la raison pour laquelle nous souhaitons ardemment que ces propositions soient prises en compte et travaillées avec toute l'importance qu'elles méritent.

Le Conseil d'Administration de Chevigny Environnement - 10 mai 2012

Berniquet Jacques, Charbonnier Marie-Claude, Cornefert Marie-Christine, Debuigne Michel, Denoyelle Nicole, Lonchamp Jean-Pierre, Gilbert Jacques, Hadas Annie, Marlyne Pilato, Vouriot Christiane ainsi que Jacob Jean-Paul et Toulouze Gérard.

 

 

 


 

 

 

A propos de la Norges …

pollution_amora.jpgPollution du 12/01/2010

Souvenez-vous, le 12 janvier 2010, l'usine Amora déversait accidentellement 600 litres d'huile alimentaire dans la canalisation des eaux pluviales qui dessert la ZI-Est. Cette canalisation débouche dans un fossé qui rejoint Magny-sur-Tille où il rejoint la Norges. Le maire de Magny avait porté plainte compte tenu des dégâts occasionnés sur la faune et la flore aquatique. Un arrêté préfectoral avait très rapidement été pris, demandant à la société Amora de nettoyer le fossé, de procéder à différents contrôles et de prendre toutes les mesures nécessaires afin qu'un tel incident ne se reproduise pas.
Le tribunal a statué le 2 février 2012, condamnant la société Amora a verser à la commune de Magny une somme de 10 000€ au titre de dommages et intérêts, tous préjudices confondus.

Pollution du 27/06/2011
Suite à la mortalité suspecte de poissons dans la rivière Norges le 27 juin 2011 en aval de la station d'épuration de Chevigny saint Sauveur, l'association Chevigny Environnement a déposé plainte contre X à la gendarmerie de Genlis le 1er juillet. Constatations et investigations ont été effectuées par ladite gendarmerie le 27 juin. La SOGEDO a affirmé et a produit des analyses confirmant l'absence de dysfonctionnement de la station… bien que le rejet dans la Goulotte des eaux traitées ait été suspendu.
Le 30 mars, nous avons demandé au Procureur de la république où en était de dossier. Le parquet est resté silencieux, mais l'ADAVIP 21 (Association dijonnaise d'aide aux victimes et infractions pénales) nous a informé que la gendarmerie de Genlis a transmis le dossier au Parquet le 14 mars
A priori et constatant qu'aucun rapport visant à établir une responsabilité n'a pu être effectué dans les temps sur ce dossier, le magistrat du Parquet aura peine à poursuivre sauf  nouvelles investigations qu'il serait amené à décider.

Barrages sur la Norges et la Goulotte
Le barrage sur la Norges (régule le débit de la Goulotte), non manœuvrable, a cédé en partie lors des pluies du 8/9/10 janvier 2012.
La manœuvre des aiguilles du  barrage sur la Goulotte est dangereuse et obsolète.
Le SITNA (Syndicat Intercommunal d’Aménagement de la Tille et de l’Arnison) prend en charge les études de reprise de ces 2 barrages (réunion du 10/04/2012). La commune envisage de demander une subvention au Grand Dijon pour la réalisation des travaux.
La voie bleue cyclable (voir ci-après) devrait enjamber la Goulotte via une passerelle sur le barrage à aiguilles.
.

Pistes cyclables
•    La rétrocession de terrain par la copropriété Beauséjour pour la réalisation de la piste cyclable de la rue de Pommard permet dorénavant de poursuivre les travaux.
•    Création d’une zone de rencontre : place du Monument aux Morts, rond point République.
•    Le Conseil Général, dans sa mission de création d'infrastructures en direction du tourisme, construit une voie bleue Dijon-la Saône. Une portion de 15 km, Vaux-sur-Crosne / Lamarche-sur-Saône, existe déjà. Une nouvelle portion de véloroute de 16 km entre Quétigny et Vaux-sur-Crosne (Commune de Remilly-sur-Tille) va être construite (autorisation préfectorale du 24/02/2012). A terme, cette voie sera reliée à l'ouest au Canal de Bourgogne, et rejoint d'ores-et-déjà la Voie bleue à l'Est.

tram1.jpgDIVIA

Une réunion publique d’information concernant le nouveau réseau de bus DIVIA se tiendra 
le 17 juillet à 18h30
 dans l’ancienne salle des fêtes de la mairie.

LIANES 7

En septembre l’arrêt de la ligne Flexo bd Jan Pallach, face au terminus Chevigny, deviendra également un arrêt pour la Lianes 7. Cette disposition a été proposée par la municipalité afin que les riverains du quartier des Rosières n'aient pas à traverser le boulevard.
Rappelons que le terminus Champs Francs de la Lianes 7 (il y aura 2 terminus dans les quartiers ouest) ne sera pas mis en service avant que le lotissement des Poètes ne soit terminé ainsi que la voirie.

URBANISME

Le 31/12/2015 le POS actuel de Chevigny devient obsolète. Le PLU (Plan local d’Urbanisme) remplacera le POS (Plan d’occupation des Sols). Lors du conseil municipal du 26 mai dernier, il a été décidé de confier l'étude de mise en place du PLU au Grand Dijon.
D’ici le 20/09  la commune doit statuer sur la majoration de 30% des droits à construire (loi du 20/03/2012). Cette mesure est limitée à 3 ans. Le Conseil Municipal, dans sa dernière session, a décidé de n'appliquer cette loi que pour des constructions nouvelles (et non d'anciennes qui pourraient être agrandies).

 


Date de création : 08/07/2012 - 19:11
Dernière modification : 25/09/2012 - 17:17
Catégorie :


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Conseil du jour
Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres: 523

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 3

Total visites Total visites: 291266  

Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
67 Abonnés
Accès réservé
Météo Chevigny

^ Haut ^