L' association
Autres contacts

logo_page-facebook.jpg 

Actualités
Nos dossiers
Lexique

logo-chevenvi2_ico.jpgLettre 2009 aux élus des Conseils Régionaux, Généraux et Grand-Dijon

Les Associations Environnementales

de l'Est Dijonnais *

à  

Mesdames et Messieurs les élu-e-s du

- Conseil régional de Bourgogne

- Conseil général de Côte d’Or

- Grand Dijon

 

Quetigny, 28 novembre 2009

 

Vous allez prochainement voter le budget 2010 de la Région, du Conseil Général  de Côte d’Or ou du Grand Dijon et, dans ce budget, les dépenses d’investissements de l’Aéroport civil de Dijon Longvic.

 

Ce projet  surdimensionné apparaît de plus en plus incertain :

 

- les prévisions de trafic (62 600 passagers annuels pour les liaisons régulières intérieures et 176 000 pour les lignes "low-cost") qui ont motivé son adoption en 2006 par les élu-e-s des trois collectivités territoriales,  se révèlent irréalistes. Alors qu’aucun investissement particulier n’est nécessaire, les lignes Dijon/Bordeaux et Dijon/Toulouse promises depuis 2 ans ne sont toujours pas ouvertes malgré les subventions que vous avez votées pour l’aide au démarrage de la Compagnie "Eastern Airways" : plus d’1,4 M€ en 2009, dont 996 000 par le Conseil régional. Il est vrai que vous avez décidé sans savoir si ces subventions étaient conformes à la réglementation européenne.

- la suppression de la taxe professionnelle et la réduction des capacités budgétaires des collectivités au regard de leurs compétences vont renforcer encore cette incertitude.

- le renforcement des pistes s’accompagnera de la fréquentation par des charters en week-ends et, ne soyons pas dupes, il ouvrira la porte à l’accueil de gros porteurs militaires ainsi que du fret aérien avec les nuisances qui l’accompagnent.

 

Ce projet risque de devenir un gouffre financier :

Le coût des investissements (pistes, taxiways, aérogare…) prévus à hauteur de 15,5 M€ en 2006 sont insuffisants. La CCI, lors de son AG du 28/09/09,  les a évalués à 18 M€ HT, auxquels il faut rajouter  les 500 000 € de la dépollution pyrotechnique intervenue cet été.

Au total le coût du développement de cet aéroport approche désormais les 30 M€ et, chaque année, les collectivités épongent un déficit de 900 000 € pour 27 000 passagers. Il faut rappeler que l’équilibre de fonctionnement ne serait atteint qu’avec une fréquentation annuelle de 300 000 passagers. Ce sont évidemment les contribuables bourguignons qui feront les frais de cette gabegie.

 

Citons pour mémoire des extraits de rapports officiels :

d’une part de la Chambre Régionale des comptes de Bourgogne : "ces aides au démarrage paraissent devoir s’interpréter comme tenant compte implicitement de subventions importantes susceptibles d’être versées par le Fonds d’Intervention pour les Aéroports et le Transport Aérien  (FIATA)", c'est-à-dire que les aides des collectivités régionales bourguignonnes viennent en complément de celles du FIATA ;
d’autre part de la CCI porteuse du projet : "le FIATA s’est désengagé". Si le FIATA s’est désengagé, les autres aides ne sont pas légales.

Ces analyses officielles, portant à la fois sur la réglementation et la fiabilité du projet, sont-elles négligeables ?

 

Ce projet aura des conséquences négatives :

- sur le plan de l’environnement : nouvelles sources de nuisances sonores pour les communes de l’Est dijonnais, nouvelles pollutions de l’air et leurs impacts sur la santé, contribution à l’émission de gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique, consommations d’énergies fossiles. Il entraînera une dégradation de la qualité de vie des habitants de l’Est dijonnais,

- sur la sécurité des populations riveraines : risques d’accidents  dans les espaces urbanisés autour de l’aéroport de Dijon-Longvic trop enclavé dans l’agglomération.

 

Ce projet ne répond pas aux urgences sociales et écologiques de l’heure :

Dans le contexte de crise économique et écologique grave, d’autres choix, prioritaires et urgents, sont à faire dans beaucoup de domaines : transports terrestres ferroviaires, transports urbains, aide au logement, aux personnes démunies et fragilisées, aux territoires, aux services publics, économie d’énergie etc. Les dizaines de millions d’euros de  ce projet seront bien plus utiles pour répondre à l’urgence sociale qu’à satisfaire  le confort ou le loisir d’une petite minorité.

A la veille du sommet de Copenhague, le projet "Renaissance" est un non-sens au regard de l’urgence climatique et une provocation à l’égard de celles et ceux qui cherchent à mettre en œuvre un autre type de développement respectueux de la planète et de ses êtres vivants. 

Une majorité de la population des communes de l’Est dijonnais suivie par leurs élu-e-s refusent ce projet coûteux, peu fiable et non respectueux de l’environnement. Les AEED (associations de défense de l’environnement de l’Est dijonnais) vous demandent de ne pas être complice ou otage de ce projet antinomique du développement durable et générateur de déficit public.

 

  Parce que les élus portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat, les AEED vous demandent de ne pas voter les dépenses relatives aux travaux d'investissements, au fonctionnement de l'aéroport pour la période 2009‑2011 et au soutien au lancement de nouvelles lignes découlant du protocole "Projet Renaissance" signé le 11 septembre 2006.

 

Conscients de l’intérêt que vous portez à vos électeurs, nous souhaitons qu’avec vous, la sagesse et le bon sens l’emportent. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre considération.   

 


 

*Les AEED

- ADCNA Sennecey, rue des hirondelles, 21800 Sennecey

- ADEBRES Bressey-sur-Tille

- ASPEV Crimolois-Fauverney, Mairie de Fauverney, 21110 Fauverney
- Chevigny Environnement, 5 rue Jacques Brel, 21800 Chevigny-St Sauveur

 (Jean-Pierre Lonchamp : 03 80 65 77 07)
- CLAPEN 21, Maison des associations, 2 rue de Corroyeurs, 21000 Dijon
- Longvic Environnement
, 14 rue Jules Guesde, 21600 Longvic
- Quetigny Environnement
, Maison des associations, Bd Olivier de Serres, 21800 Quetigny  (Raymond. Maguet : 03 80 46 20 54 ; Bernard. Parrot : 03 80 46 30 92)

- St Apo Environnement, Maison des Associations, 129 rue St Jean 21850 Saint- Apollinaire

 


Date de création : 08/12/2009 - 21:09
Dernière modification : 08/12/2009 - 21:12
Catégorie :


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
66 Abonnés
Accès réservé
Connexion...
 Liste des membres Membres: 633

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 10

Total visites Total visites: 964193  

Nous contacter
^ Haut ^